• fr
  • en
Queen Anne1705, portrait bu Mickael Dahl_ England queen_ ENgland War_ Anne & Sarah_ Michael of greece chronicles_

ANNE & SARAH

En cet hiver 1711, la France et Louis XIV n’en menaient pas large. Le gel anéantissait les récoltes, le froid était tel que les gens mouraient dans les rues, la guerre de Succession d’Espagne s’éternisait depuis plus de dix ans, il n’y avait plus d’argent, plus de troupes, plus de ressources, plus d’espoir. Les ennemis de la France étaient acharnés à la détruire et Louis XIV, dans la splendeur glacée de Versailles où le vin gelait dans les carafes, se demandait vraiment à quel saint se vouer.

Sans qu’il le sache, à Londres il se passait d’étranges choses. Le chef de la coalition contre la France, l’ennemi le plus acharné de Louis XIV était John Churchill duc de Marlborough. Il voulait l’anéantissement de la France. Il avait épousé Sarah Jennings. C’était une beauté truculente et une extraordinaire mégère.

churchill_marlborough- ENgalnd_ queen_ Anne & Sarah_ Michael of Greece_ Historic chronicles

La souveraine, la Reine Anne, s’en était en quelque sorte éprise. Elle avait des tendances non seulement saphiques mais aussi masochistes. Sarah Jennings qui avait bien compris la reine la traitait en conséquence, c’est-à-dire fort mal.

Ces dames échangeaient une épaisse correspondance où elles signaient par des noms d’emprunt d’hommes. Cependant, Sarah exagérait un peu et, malgré tout son masochisme, la Reine Anne commençait à souffrir et quelque peu à protester contre les traitements de Sarah.

Sarah,_Duchess_of_Marlborough_Queen_England_England war

Sarah, pour être encore plus sûre de son pouvoir, avait placé auprès de la Reine Anne une sienne nièce Abigail lui donnant la position d’une sorte de femme de chambre de luxe et, surtout, la chargeant d’espionner les faits et gestes de la Reine Anne afin que celle-ci ne lui échappe pas.

Petit à petit, sans que Sarah ne s’en aperçoive, Abigail avait gagné la confiance, l’affection et peut-être un peu d’amour de la Reine Anne. La souveraine s’épanchait sur le sein d’Abigail et lui racontait les misères que lui faisait Sarah. Abigail comprenait, consolait, entourait, s’attendrissait. Ce que Sarah ne savait pas, c’est qu’Abigail appartenait au parti de la paix, acharné contre Marlborough et Sarah.

abigail_Anne & Sarah_ Prince of Greece_ England war

Sarah en vint à dépasser toutes mesures. Elle avait ordonné à la Reine Anne de porter telle tenue qu’elle aimait bien pour telle cérémonie. La Reine Anne avait choisi une autre robe et dans le carrosse qui les menait à la cérémonie, Sarah avait giflé la reine. C’en fut trop. Cette fois-là, Anne ne vint pas pleurer dans le giron d’Abigail mais, soutenue par Abigail, elle mit en disgrâce Sarah, lui interdisant d’apparaître en sa présence et lui retirant tous ses postes. Abigail devint en un instant la favorite à la place de sa tante. Avec elle, arrivait au pouvoir le parti de la Paix qui, aussitôt, démissionna Marlborough.

Tout cela se passait dans les couloirs du palais mais quelqu’un, en dehors du palais, l’apprit. C’était un abbé français, transfuge de l’ambassade depuis longtemps partie et qui était resté à Londres comme espion dormant. Il apprit ce qu’il se passait, enfourcha son cheval, courut à Douvres, loua un bateau, passa à Calais, de là galopa jusqu’à Versailles. Il arriva à deux heures du matin, frappa à la porte du ministre de la guerre, Monsieur de Pontchartrain, le fit réveiller et lui annonça « Menez-moi incontinent au Roi » – « Mais vous rêvez, mon ami, le Roi dort à cette heure » – « Il vous sera toujours reconnaissant de ce que je lui amène ». Pontchartrain s’habilla, mena l’abbé espion jusqu’aux appartements du roi. On réveilla Louis XIV. Le ministre et l’espion entrèrent dans la chambre à coucher et, d’emblée, l’abbé espion annonça : « Sire, je vous amène la paix ». Du coup, Louis XIV se redressa de ses oreillers, n’en croyant pas ses oreilles. Et l’abbé espion de lui raconter tout ce qui venait de se passer à Londres. Louis XIV l’aurait embrassé. Effectivement, le parti de la Paix arrivé au pouvoir grâce à la Reine Anne décida d’entamer les négociations afin d’arrêter la guerre de Succession.

La France et Louis XIV étaient sauvés grâce à une dispute de deux dames saphiques.Versailles_Castle_France_Louis XIV_ ENgland war_ History of France


par Prince Michael of Greece

3 commentaires pour “ANNE & SARAH


  1. grazia

    come sempre, meraviglioso Principe, scosti un tenda e appaiono realtà inimmaginate… grazie! Grazia



L'ajout de commentaire n'est plus possible.