• fr
  • en

LA BATHORY

C’est sous le règne de Rodolphe II qu’eut lieu le procès de la comtesse Erzabet Bathory.
Cette grande dame hongroise était désespérée à l’idée de perdre sa jeunesse. La sorcellerie lui conseilla le remède souverain pour arrêter le temps. La perversion s’en mêla.
Elle fit enlever un nombre considérable de jeunes filles qu’elle ordonnait de tuer de façon abominable Elle recueillait leur sang et s’y baignait, persuadée qu’ainsi elle garderait l’apparence d’une jeune fille. Ses crimes acquirent une telle notoriété que, malgré son rang, elle fut arrêtée, jugée et condamnée à mort. Seulement, ce même rang empêchait qu’on la touchât. On ne pouvait donc ni la pendre ni la décapiter.
Aussi, la fit-on emmurer. On obstrua les fenêtres et la porte de sa chambre, ne laissant qu’un passe-plat par lequel on lui fournissait sa nourriture quotidienne. Elle vécut ainsi enfermée dans l’obscurité pendant quatre ans. Lorsque ses geôliers s’aperçurent qu’elle n’avait pas touché à sa nourriture, ils comprirent qu’elle était morte.

J’ai visité, en Slovaquie, le château de Catice où elle acheva son existence. Déjà, dans la vallée, le village est sinistre. On monte à travers les bois dans lesquels on craint d’apercevoir à chaque instant des fantômes. Les ruines imposantes du château se dressent sur une hauteur. Des pans de murs déchiquetés se détachent sur un ciel d’orage. Personne en vue, nul dans la région n’osant s’approcher du château maudit. Il s’y dégage une atmosphère tellement menaçante que je refusais de m’y attarder.
Ces lieux ont été les témoins de telles horreurs que les murs en sont encore imprégnés.



Un commentaire pour “LA BATHORY


  1. Michael

    This story relates the facts without dramatic embroidery, but it is all the more chilling for that. Thank you Prince Michael!

L'ajout de commentaire n'est plus possible.