Le Mexique, 2012

Le Mexique est un réservoir inépuisable de délices. Les êtres humains d’abord. Je ne connais pas de peuple plus sophistiqué que les Mexicains. Puis les monuments, dans leur infinie variété, précolombiens ou baroque espagnol. Puis les paysages, les déserts, la jungle, les plaines opulentes, les montagnes inaccessibles, les volcans fumants. Et aussi la gastronomie, partout on mange bien au Mexique, en particulier dans les restaurants pour camionneurs sur les autoroutes. Dans cette scène les fastfoods délectables dont le nom m’enchante « E pollo veloz » les poulets véloces.

 

IMG_1062Ce palais baroque pourrait orner une ancienne principauté allemande. En fait, construit au 19ème siècle à Etla, province d’Oaxaca, ce fut une usine de feutre. Marina et notre amie Alexandra posent devant son imposante façade.

 

39Un des plus grands artistes mexicains, Maestro Toledo, qui fait tant pour la culture dans son état d’Oaxaca a restauré l’ancienne usine de feutre pour en faire des ateliers pour artistes et artisans contemporains. Cette perspective interminable aux centaines de colonnes de fer a quelque chose d’éminemment romantique.

 

40

À côté de l’ancienne usine de feutre d’Etla, un buisson porte ces extraordinaires fleurs roses. Les couleurs et les fleurs sont une des particularités les plus exquises du Mexique.

 

38Alexandra et moi, nous nous laissons charmer par les couleurs et les parfums des fleurs de ce marché de Tlacolula dans les environs d’Oaxaca.

 

114La région d’Oaxaca est parsemée d’églises baroques, l’une plus somptueuse que l’autre. Chaque village abrite un sanctuaire qui regorge de trésors.

 

41Au marché de Tlacolula, les cuisines ambulantes ne sauraient manquer. Des parfums irrésistibles s’en élèvent et l’on y mange toujours délicieusement.

 

110Des fleurs, toujours des fleurs, comme au marché de Tlacolula où cette marchande vend des gigantesques soucis tellement caractéristiques du Mexique.

 

131Juana Kata fut une artiste adulée. Elle reste une grande dame qui a su trouver des costumes mexicains de collection. Accueillante, chaleureuse, elle est la plus belle parure de son magasin.

 

36

37Nous n’étions pas revenus à Palenque, le célèbre site maya, depuis quarante ans. La région s’est développée, le tourisme s’étant multiplié mais les ruines gardent leur beauté inviolée et surtout l’atmosphère épaisse qui y règne. Pas un fantôme n’a bougé depuis le temps.

 

31Une pirogue nous attend sur la rivière qui sépare le Mexique et le Guatemala pour nous amener au site maya de Yaxcilan seulement accessible par ce moyen.

 

P1090929La pirogue nous a menés au bas d’un escalier étroit et déglingué. En haut, une allée percée entre les énormes troncs d’arbres nous mène soudain à l’entrée du site. Entre les murailles baignant dans l’ombre, on distingue, incendiée par le soleil, la première pyramide.

 

33L’immense site de Yaxcilan a été fouillé à peine. Entre les arbres au milieu de pelouses invitantes s’élèvent pyramides, terrasses et escaliers mais la jungle abrite encore nombre de trésors non découverts.

 

34La signification d’utilisation de cet étrange monument n’a jamais été découverte. À quoi donc servait ce mur percé de trous qu’il y a tant de siècles les Mayas ingénieux édifièrent ?

 

132

Le Yucatan est truffé d’immenses et somptueuses haciendas tombées en décadence.

130Récemment, leur restauration a été entreprise et beaucoup sont devenues des hôtels de charme comme cette hacienda d’Uayamon non loin du très ancien port de Campeche.

 

111À quai, l’ancienne usine de chanvre. Au 19ème siècle, la fibre tirée d’un cactus, le chanvre, devint la matière première des cordages de navires. La jungle s’est impitoyablement décimée, rasée pour faire place aux plantations de chanvre. La région devint immensément riche puis, après la seconde guerre mondiale arriva le plastique qui remplaça le chanvre et en dix ans à peine ce fut la ruine totale du Yucatan et des innombrables plantations de chanvre.


par  Prince Michael of Greece

L'ajout de commentaire n'est plus possible.