• fr
  • en
Philippe_Christophe_Kœnig_count of koenigmark-

LE BEAU COMTE DE KŒNIGSMARK

Celui qui un jour est né sous le nom de Georges I roi d’Angleterre et sa femme et cousine germaine Sophie-Dorothée de Celle ne s’entendaient pas. On les avait forcés dans ce mariage arrangé et, depuis le premier jour où ils se sont rencontrés, il était clair que cette union ne serait pas heureuse. Sophie-Dorothée s’évanouit à la vue de son fiancé tandis que celui-ci préférait accorder ses faveurs à ses maîtresses et lorsqu’elle se plaignit, il la chassa brutalement.

-King_George_I_Comte de Koenisgmark

Il n’est donc pas surprenant que Sophie-Dorothée prenne un amant, jouant le tout pour le tout avec le beau comte Philippe-Christophe de Kœnigsmark, un soldat suédois. Le couple échangea des lettres d’amour et bientôt ils furent le sujet de toutes les conversations de la Cour.

Kœnigsmark était un libertin cependant et il avait aussi une liaison avec la comtesse Clara de Platen. Clara était une femme d’influence, difficile, méchante et crainte par les autres courtisans. Elle avait été longtemps la maîtresse du père du prince Georges, Ernest-Auguste et elle n’aimait rien tant que mettre le trouble.

Lorsque Kœnigsmark rejeta Clara en faveur de Sophie-Dorothée, jamais il n’y eut une fureur aussi violente. Cependant, elle était trop intelligente pour montrer sa rage et, au contraire, elle joua les hypocrites, gagnant chaque jour des preuves de la liaison de son amant avec la princesse royale, souriant doucement à Sophie-Dorothée et attendant le moment.

Le moment vint quand Sophie-Dorothée et Kœnigsmark planifièrent de fuir Hanovre pour toujours et de commencer une nouvelle vie ailleurs à Wolfenbuttel. La veille de leur fuite, Kœnigsmark reçut un billet apparemment de sa maîtresse, le convoquant dans ses appartements. Il obéit et se dirigea droit vers les appartements de Dorothée, donnant ailleurs à qui le voulait une preuve évidente qu’ils étaient un couple. Confronté avec la preuve que sa belle-fille trahissait son mari, Ernest-Auguste le beau-père accepta que Kœnigsmark soit arrêté et Clara, en compagnie de quatre courtisans, se dirigea pour exécuter l’ordre du duc.

Sophie_Dorothea_de celle_count_of_koenigsmark

Quand Kœnigsmark quitta l’appartement de sa maîtresse, il trouva la porte qu’il utilisait généralement fermée à clef, et alors, les quatre courtisans l’attaquèrent. Le comte n’avait aucune chance contre ses assaillants et, soudain, fut en grave danger. Blessé gravement par un coup à la tête il eut encore la force de prier pour la vie de la princesse avant de perdre conscience. Le comte ayant perdu conscience fut traîné en la présence de la princesse Clara et alors il retrouva sa connaissance. Découvrant qui avait combiné son sort, il jura, il fit un amer serment. La réponse de Clara fut de frapper durement Kœnigsmark au visage et ce fut la dernière chose qu’il vit. Quelques instants après, il était mort.

Clara von Platen-count of_koenigsmark

Bien des versions existent sur le sort de Kœnigsmark. Toutes mettent en cause Clara et les rumeurs la mêlent aussi à la disparition et ces rumeurs la suivirent jusqu’à son tombeau.

Ce qui advint du cadavre de Kœnigsmark reste cependant un mystère. Peut-être que Clara et ses complices paniquèrent une fois que leur crime eut été accompli. Après tout le lecteur, le beau-père avait donné la permission d’arrêter Kœnigsmark mais pas de le tuer et l’avenir des courtisans mêlés à ce crime pourrait devenir très sombre si Ernest Auguste découvrait ce qu’ils avaient fait. Certains disent que le corps fut caché sous un parquet du château de Leineschloss. D’autres affirment qu’il fut jeté dans la rivière Leine ou alors brûlé sur place. On ne saura jamais ce qu’il advint de Kœnigsmark

La victime comme ses assassins emmenèrent le secret dans leurs tombeaux respectifs si toutefois Kœnigsmark n’a jamais eu un tombeau.


par  Prince Michael of Greece