LE PAIN FANTÔME

Autrefois, près de la chapelle de Patmos que je considère mon oratoire, se dressaient d’antiques maisons. Dans l’une d’elle habitait un vieillard. Une nuit, celui-ci fut réveillé par des chants d’églises magnifiques qui venaient justement de cette chapelle. L’heure était vraiment inhabituelle pour une liturgie.

DSC05865

Le vieillard s’habilla hâtivement, traversa la rue et entra dans la chapelle. Brillamment illuminée par quantité de cierges, elle était bondée : des prêtres, des civils que le vieillard ne chercha pas à reconnaître et ces chants merveilleux, célestes. C’était la fin de l’office et le curé en ornements de brocards se tenait devant l’iconostase distribuant des morceaux de pain béni. Le vieillard se joignit à la queue de fidèles, s’avança, tendit la main et reçut son morceau de pain béni. Il s’en retourna à sa place. Puis, brusquement, tout s’éteignit, tout redevint silencieux. Plus de chants, plus de cierges et personne. La chapelle était déserte. La nuit avait repris ses droits.

DSC05867

Dans un état second, le vieillard rejoignit sa demeure. Il ouvrit la main, il tenait toujours le morceau de pain béni.

 


par  Prince Michael of Greece