• fr
  • en

LE RUBIS DU PRINCE NOIR

C’était l’époque où l’Espagne était encore en partie musulmane et où les souverains arabes régnaient sur certaines de ses provinces, bien que la reconquête chrétienne ait commencé plusieurs siècles plus tôt. Le roi Pierre le Cruel ou le Justicier séjournait à Séville lorsqu’il apprit qu’un des émirs arabes de ses alliés et amis possédait le plus grand, le plus beau rubis au monde. L’envie saisit ce souverain qui ne reculait devant rien. Il lui fallait le rubis à tout prix. Il n’en dormait plus.

Alors, il invita l’émir en son palais des Alcazares. L’émir arriva avec sa suite. Il fut magnifiquement reçu et le roi Pierre lui offrit le plus somptueux banquet. À la fin du repas, le roi Pierre fit un signe. Des gardes postés derrière les portes se précipitèrent dans la salle et transpercèrent proprement l’émir et les membres de sa suite. Le roi Pierre s’approcha du cadavre de celui qui avait été son ami, il le fouilla et, effectivement, il trouva sous la djellaba le rubis suspendu à une chaîne d’or. Il contempla la pierre pour laquelle il avait tué, il fut ébloui. C’était effectivement le plus beau rubis du monde, le plus grand aussi. Originalité de la pierre, elle portait une petite inclusion dans laquelle entouré d’or avait été fixé un autre rubis minuscule. Le roi fit emporter les cadavres, nettoyer la pièce et il ne quitta plus le rubis.

Mais son règne qui suscitait tant de haine parmi ses innombrables victimes et leurs familles s’achevait. Son demi-frère, Henri de Transtamare, se souleva contre lui. La guerre civile éclata. Henri de Transtamare était soutenu par les Français et Pierre le Cruel par les Anglais, rien moins que le prince héritier d’Angleterre, Edouard prince de Galles, fils aîné du roi Edouard III. Il débarqua en Castille à la tête de troupes anglaises, il vainquit le frère et rival du roi Pierre, Henri de Transtamare. Alors, pour l’en remercier, le roi Pierre n’hésita pas à se défaire de la pierre qu’il aimait tant. Il offrit au prince Edouard le rubis. Celui-ci portait toujours une armure en métal noir, d’où son surnom « le prince noir ». Il fit incruster le rubis au milieu de sa cuirasse qui, sur fond noir, devait offrir le plus bel effet. Puis il repartit pour l’Angleterre.

Finalement, le roi Pierre fut vaincu et tué par son frère et rival. Quant au « prince noir », il ne devait jamais régner. Fils de roi, père de roi (Richard II) il mourut avant son père. Le rubis resta propriété de la Couronne d’Angleterre. Il échappa à la destruction et à la dispersion des bijoux de la Couronne qu’ordonna Cromwell. La reine Victoria le fit enchâsser dans la couronne dite impériale qu’elle fit ciseler. Depuis le rubis du « prince noir » y est resté.

Ruby

Chaque année, la reine Elisabeth le porte sur sa couronne endiamantée lorsqu’elle ouvre le Parlement. Seulement voilà, ce n’est pas un rubis mais un spinelle, une pierre presqu’aussi belle que le rubis auquel elle ressemble tant mais de valeur inférieure et qu’à l’époque on confondait sans cesse avec le rubis.

 


par  Prince Michael of Greece

5 commentaires pour “LE RUBIS DU PRINCE NOIR



  1. Helen-Eleni Gryparis

    Thank you for the very interesting and informative story. I guess we should all run back from time to time to our « Little Arthur’s » history book so we can remember or learn history facts!


  2. Leonardo Lacerda

    And all this for a fake! ? Its value is that: first, it has served well as a motive for a fascinating story and 2) it seems to be a stone that befits the crown of ‘la perfide Albion’ — so true to its French nickname these days…. Jokes apart, I loved the story! Pls continue sharing your jewel-stories with us, P M, as those we know are not ‘fakes’ and hold true value! Kindest regards and enjoy the Summer!


  3. Linda Yablonsky

    This is fascinating! A moral as well as historical tale, well told, of ego and greed.


  4. Michael Crawcour

    This is a fascinating story, and could make a wonderful historical novel. It’s blood-soaked origins and bad karma have not, thank God, caused the same evil luck on the last six sovereigns of my country.

L'ajout de commentaire n'est plus possible.