• fr
  • en

LES SECRETS INCAS

Dans les années 70, Marina et moi, nous effectuâmes un voyage de trois mois en Amérique Latine. Nos pas nous menèrent au Pérou et en particulier à Cuzco, l’ancienne capitale de l’empire inca. Lorsque nous y atterrîmes, nous commençâmes par rester étendus à l’aéroport même pendant une ou deux heures afin de nous habituer à l’altitude. Puis nous gagnâmes notre hôtel, à cette époque le seul de qualité en ville. Le directeur nous y attendait, un homme jeune, grand, visiblement non péruvien. Il se présenta : « Schliemann » dit-il. Je crus avoir mal entendu. Je lui demandais de répéter son nom. « Schliemann » me redit-il avec un sourire. Et devançant ma question, il m’annonça qu’il était le petit-fils du grand Schliemann, le plus grand archéologue du 19ème siècle, le héros véritable de l’archéologie, inventeur de Troie, de Mycènes, de Tirynthe, le découvreur du fabuleux trésor de Troie, le commensal de mon grand-père Georges Ier roi de Grèce. Evidemment, je tins à bavarder avec lui. Je le fis parler de son grand-père et aussi de ses propres aventures qui l’avaient mené si loin, mais néanmoins dans un des hauts lieux de l’archéologie.

numeriser-48

Puis nous évoquâmes les Incas. Il me raconta que le Grand Inca à Cuzco situé à des milliers de kilomètres de la mer trouvait sur la table de son petit déjeuner des huîtres fraîches. Elles étaient venues de la mer par courriers qui se relayaient en courant tous les kilomètres.

Nous évoquâmes aussi le trésor de Cajamarca. Le conquérant espagnol Pizarro avait enfermé dans une pièce du palais de cette ville le dernier Grand Inca Atahualpa et, pour le libérer, avait exigé qu’il remplisse une pièce du palais d’or. De sa prison, le Grand Inca avait envoyé des instructions. Des caravanes étaient parties de tout le pays vers Cajamarca amenant des montagnes d’or. Lorsque l’or atteint à peu près un mètre de haut dans la pièce qui devait être remplie de métal précieux, Pizarro par un caprice incompréhensible fit étrangler Atahualpa. Le Grand Inca mort, l’or qui s’acheminait vers Cajamarca disparut en une nuit. Plus de traces des caravanes ni de ce qu’elles transportaient. Où fut-il déposé ? Où se trouve-t-il ? Nul ne le sut jamais.

numeriser-59

« Mais, le plus intéressant, ajouta Schliemann c’est que la ville sacrée des Incas n’a jamais été retrouvée » – « Comment, ce n’est pas ici même, à Cuzco ? »

numeriser-49

« Cuzco était la capitale administrative et politique de l’empire mais il y avait une cité sacrée où des témoins ont décrit des merveilles, en particulier une divinité life-size en or. Celle-ci n’a jamais été retrouvée. Se situait-elle dans les montagnes toujours inaccessibles ou alors dans les jungles impénétrables de l’Est du pays ? En tout cas, ces richesses incommensurables dorment toujours quelque part au Pérou.

numeriser-46


par  Prince Michael of Greece

5 commentaires pour “LES SECRETS INCAS


  1. Stephane Janssen

    I lived 6 month in Peru in 1958, my favorite country in Latin America. I visited Macchu Picchu in 1958. 1982 and 2005 it is one of my favorite place on earth. Thank you for your story Michael. Warm regards. Stephane


  2. Marianne Haas

    Indeed i herd about this history a while agoo. Thank you to refresh my memory.
    A very strange exiting history.


  3. IGNACIO OLGUÍN

    I´VE ENJOYED VERY MUCH YOUR STORY. THANK YOU VERY MUCH FOR SHARING YOUR EXPERIENCE. BESIDES I DO LOVE CUZCO AND MACHU PICCHU.
    BEST REGARDS FROM BUENOS AIRES.
    I.O.



  4. IANKAL21

    So interesting !

    The walls of Sacsayhuaman in the above photo reminded me of the « cyclopean » walls of Mycenae where Schliemann was involved as well.

L'ajout de commentaire n'est plus possible.