• fr
  • en

L’EXILE DE SAINT BERTRAND

Saint Bertrand de Comminges est une ancienne et ravissante petite ville plantée sur une hauteur dans les contreforts des Pyrénées. Elle se dresse dans son écrin de forêts au-dessus d’une plaine chargée d’Histoire. Elle est dominée par sa cathédrale remplie de merveilles. Ses rues tournicotantes sont bordées de très anciennes maisons et hôtels particuliers. Parmi ses évêques des temps passés figure Bertrand de Got. Il fut la créature du roi Philippe IV le Bel qui le fit élire pape sous le nom de Clément V. Il accepta sans sourciller les volontés de son souverain qui déplaça le Vatican à Avignon et qui le força à accuser et à condamner les Templiers. Aussi est-il compris dans la malédiction que lança le dernier Grand Maître des Templiers du haut de son bûcher et en mourut-il.

Mais des siècles auparavant, Saint Bertrand de Comminges avait reçu un personnage autrement important dans l’Histoire. Dans la plaine voisine de Saint Bertrand s’était élevée une des plus importantes villes romaines de la Gaule et elle n’avait compté pas moins de 60.000 habitants. Et c’est là que l’empereur Caligula avait été envoyé en exil… Hérode, Antipas, avec sa femme Hérodiade. C’est lui qui, cédant à la pression de sa femme et de sa belle-fille Salomé, avait condamné à mort saint Jean-Baptiste. C’est lui devant lequel on avait traîné Jésus-Christ qu’après un questionnaire serré il avait renvoyé à Pilate. Il était le souverain d’une partie de la Palestine mais il était tombé en disgrâce et le Romain l’avait envoyé dans ce lointain lieu d’exil.

Caligula, cependant, avait proposé à Hérodiade qui était la sœur d’Agrippa qu’il avait mise sur le trône à la place d’Hérode de rester en Palestine et de ne pas subir les rigueurs de l’exil. Elle avait refusé, probablement par fidélité pour cet époux si détestable par tant d’aspects. Probablement sont-ils tous les deux morts à Saint Bertrand et probablement y ont-ils été enterrés sans qu’on ne connaisse jamais les détails ou les lieux de leur inhumation.

L’idée de ce souverain dont le nom, à cause des évangiles, retentit à travers les siècles tellement étroitement lié à l’histoire de Jésus-Christ et à la Palestine ait fini dans ce coin écarté des Pyrénées a de quoi enflammer l’imagination.

“ Cependant l’Empereur autorisa sa femme Hérodiade a revenir en Palestine.
Elle refusa pour rester auprès de son mari.Par amour,par fidélité ?
Ainsi ces deux personnages si célèbres des Évangiles,lies a Saint jean Baptiste,
a Jésus christ,lies a la Palestine vieillirent et moururent dans un recoin des Pyrénées.
Nul ne sait ou ils furent enterres. “


par  Prince Michael of Greece