• fr
  • en

L’EXPLORATEUR DISPARU

Depuis mon enfance, j’ai entendu parler de Percy Fawcett. Au printemps 2017, un film retraçant son existence et annoncé à grand fracas sort sur tous les écrans.

Cet aristocrate anglais du début du 20ème siècle était, comme tant de ses compatriotes, attiré invinciblement par l’aventure et le voyage. C’était l’Amazonie qui était son aimant avec ses jungles immenses et impénétrables. Il était persuadé qu’elles abritaient les civilisations englouties des villes perdues. Il y fit plusieurs expéditions et il revenait chaque fois plus pauvre et plus déterminé.

Oui, un passé prodigieux gisait sous les grands arbres et les lianes de la jungle.

En 1925, il partit pour une nouvelle expédition avec son fils et plusieurs compagnons. Il n’en revint jamais et nul ne sut ce que lui, son fils et ses compagnons étaient devenus.

Des rumeurs, des indices indiquaient qu’il aurait été tué par des tribus indiennes particulièrement sauvages mais de preuve aucune.

De nombreuses expéditions furent lancées pour le retrouver, lui ou sa trace. Dans l’une d’elle participèrent mes oncles, les princes d’Orléans Bragance, ce frère de la comtesse de Paris ma tante. Et c’est ainsi que j’en entendis parler depuis ma jeunesse.

Aucun résultat. On ne trouva rien. Et le mystère demeure.

Cependant, au château d’Eu qui, alors, appartenait à la comtesse de Paris et à ses frères, il y avait de nombreux souvenirs du Brésil, leur ancien empire, dont la fameuse tête réduite Jivaro qui avait la particularité de gémir chaque nuit. Seulement, à l’examen, il fut prouvé que la tête n’était pas celle d’un Indien mais bien d’un blanc, blond ou roux, probablement un britannique… Etait-ce celle de Fawcett ?

Nul ne répondra jamais.


par  Prince Michael of Greece