• fr
  • en

L’extrême onction de la Reine Catherine

La reine Catherine de Médicis, en bonne italienne, était superstitieuse.

De nombreuses fois, elle avait interrogé l’avenir grâce à son mage Nostradamus ou à son astrologue Ruggieri.

  • « Quand mourrais-je ? »
  • « Je ne sais quand vous mourrez mais ce que je sais, c’est que vous mourrez près de Saint Germain ».

En ces temps de guerres religieuses, la Cour se déplaçait souvent au gré de la situation. Le roi Henri III, sa mère et son entourage, se trouvent dans le château de Blois.

Château de Blois

La reine Catherine tombe gravement malade. Son fil, le roi Henri, vint avec toutes les précautions d’usage lui suggérer de recevoir un prêtre.

La reine ricana « Vous croyez que je vais mourir, mon fils. Je sais que je mourrai près de Saint Germain et nous sommes loin de Paris, mais si tel est votre souhait, je recevrai un prêtre ». Le chapelain de la Cour étant absent, on fit venir le curé de la paroisse.

Il est intelligent, jeune, alerte, ouvert à toutes sortes de conversations. La reine prit grand plaisir à bavarder avec lui. On parla de tout sauf de sa mort et de l’extrême-onction.

A la fin de leur entretien, la reine lui demanda « J’aimerais beaucoup vous revoir, monsieur l’abbé. Comment vous appelez-vous ? »

  • Abbé Saint Germain, votre Majesté
  • Je suis perdue ! murmura la reine Catherine qui, effectivement, mourut la nuit même tout près de l’abbé de Saint Germain, le curé ayant été rappelé pour lui administrer l’extrême-onction.

par  Prince Michael of Greece

4 commentaires pour “L’extrême onction de la Reine Catherine



  1. 97Davis

    I must say you have very interesting articles
    here. Your blog should go viral. You need initial boost only.

    How to get it? Search for; Etorofer’s strategies



L'ajout de commentaire n'est plus possible.