• fr
  • en

Ouverture Grecque

Je suis à Patmos dans mon oratoire. C’est ainsi que j’appelle une chapelle à quelques dizaines de mètres de notre maison. Maria la cuisinière qui en a la clef, la nettoie et l’entretient, aussi y ai-je accès quand je veux. Ses fondations doivent dater d’une grande antiquité. Ses fresques sont bien abîmées mais toutefois visibles. L’iconostase est particulièrement travaillée, hormis de magnifiques et très grandes icônes. C’est un lieu plein d’atmosphère et surtout qui répand des énergies très fortes et très positives. Les rares que j’ai cru devoir y amener l’ont tous senti.

Je suis assis dans les stalles, c’est le début de l’été, il doit être sept heures et demie du matin. Un rayon de soleil entre par la fenêtre à côté de moi et éclaire la fumée de l’encens que j’ai allumé. Les bougies font scintiller faiblement l’or des icônes. Comme tous les jours, je fais mes exercices spirituels. Immobile, le dos bien droit, je regarde en face de moi le mur blanc sans le voir. Je fais le vide dans mon esprit, laissant la sérénité entrer en moi. Je pense aux autres, à ceux que j’aime, à ceux qui sont dans le besoin. Je réfléchis à mon travail, à mes problèmes. Le temps d’analyser ce qui se passe autour de moi pour avoir une sorte de vue d’ensemble sur l’époque que nous vivons. Mon passé me revient en mémoire. À 77 ans, il est long, il est chargé d’images, de souvenirs, de personnages, de scènes, de paysages, d’événements. Je me sens paisible, stimulé, confiant, optimiste, impatient d’entreprendre la journée qui m’attend.

Mon intention est de faire partager pendant des mois ce qui sort de ces séances matinales dans l’oratoire.

543

– – –

La réception du 27 octobre 1940 à Athènes avait été un grand succès. La plupart des membres du gouvernement grec avaient rencontré les ambassadeurs en poste dont celui de l’Italie mussolinienne, Emmanuel Grazzi. L’atmosphère la plus cordiale avait régné.

Le premier ministre et dictateur Metaxas était rentré se coucher assez tôt. À trois heures du matin, il fut réveillé. Ce même ambassadeur d’Italie demandait à le voir d’urgence. Il s’habilla à la hâte et le reçut. L’ambassadeur lui présenta ce qui valait un ultimatum. L’Italie, vu l’attitude peu amicale de la Grèce, exigeait d’occuper militairement certains points dont elle ne donnait pas la liste. Le gouvernement grec avait trois heures pour répondre avant que l’Italie ne commence les hostilités.

IMG_0002 (2)

Metaxas répondit par un simple non « ohi » en grec devenu le symbole de la résistance et du patriotisme grec. « Ohi » et à six heures du matin les hostilités commencèrent… qui se soldèrent par la plus ignominieuse défaite de l’Italie, les maigres troupes grecques ayant repoussé les puissantes armées mussoliniennes jusqu’en Albanie.

L’ultimatum de l’Italie avait selon la plupart des historiens été une surprise totale pour Metaxas et la Grèce… or c’est faux et j’en ai la preuve.

 

 

Photographs by Justin Creedy Smith


par  Prince Michael of Greece

3 commentaires pour “Ouverture Grecque


  1. Amandine

    What a nice way to grasp the day. This new category looks very interesting, I look forward to read more.


  2. Sandra

    Dear Prince Michael
    I do not want my comment published are you able to email me I would like to ask you some questions
    Regards Sandra N

L'ajout de commentaire n'est plus possible.