• fr
  • en

PATMOS LE CADAVRE DANS LE COUFFIN

Je n’étais pas resté longtemps à ce cocktail patmiote. Je m’y ennuyais mais surtout je n’aimais pas la maison. Belle, elle l’était pourtant, ancienne, décorée avec le plus grand goût, ornée d’objets ravissants, entourée d’un jardin enchanteur. Cependant, je ne m’y sentais pas à l’aise.

Je revins à la maison pour trouver Maria encore dans la cuisine. Je lui dis que je détestais cette maison. « Et pour cause », me répondit-elle. Ma curiosité s’était éveillée. Maria ne fit pas de difficultés pour la satisfaire.

Peu après la seconde guerre mondiale, dans les années 50, à l’époque où il n’y avait pratiquement aucun étranger à Patmos, la maison avait été achetée par un couple d’Américains. Un beau jour, ils avaient reçu un invité, un homme.

 

Que se passa-t-il ? L’invité devint-il l’amant de l’épouse ? En tout cas, le mari le revolvérisa. Que faire du cadavre ? Tout simplement appeler l’éboueur.

A cette époque, les ordures du village de Hora étaient ramassées par un homme et son âne chargé de deux énormes couffins dans lesquels on déversait les poubelles. L’Américain appela l’ânier, lui donna une grosse somme d’argent. On transporta le cadavre de l’assassiné dans un des couffins et fouette cocher. Sur les instructions de l’Américain, l’ânier jeta le cadavre à la mer du haut de la falaise. Comme personne ne savait que la victime se trouvait à Patmos, les recherches ayant lieu après sa disparition ne s’orientèrent jamais vers Patmos. Peu après, le couple d’Américains revendit la maison et disparut à tout jamais.

Plus tard, la maison fut achetée par l’actuel propriétaire, collectionneur émérite et homme de grand goût. Mais rien d’étonnant à ce qu’elle soit restée hantée par l’assassinat. Il y eut un épilogue.

 

Il y a deux ans, on creusa la plage d’un îlot en face de Patmos  et l’on mit à jour par hasard un squelette. L’âge et le sexe correspondaient à celui de la victime. En fait, l’ânier n’avait pas jeté le cadavre à la mer mais l’avait enterré chrétiennement…


par  Prince Michael of Greece