• fr
  • en
Nicholas_Constantinovich_of_Russia

LE SCANDALEUX GRAND-DUC

Je travaillais alors dans les Archives Nationales de l’Etat russe à Moscou, dans un immense bâtiment sinistre, mal éclairé mais où prévalait l’infinie gentillesse des employés. Nous discutions avec ces dames extraordinairement cultivées de ma famille.
Je leur parlais des quatre frères de ma grand-mère la reine Olga. « Non, me dit l’une d’elles, il y en avait cinq »
– « Vous voulez dire un enfant qui a peu survécu »
– « Pas du tout, il est devenu adulte et a vécu longtemps ».
Elle ne voulut pas m’en dire plus mais j’étais intrigué car je croyais connaître ma famille par cœur.

A quelques temps de là, j’allais consulter mon cousin Nicolas de Russie. C’était l’aîné, le patriarche de la famille impériale et surtout l’autorité indiscutée sur tout ce qui concernait les Romanov. Il m’accueillit avec sa bienveillance et son humour habituel. Je le questionnais. « Effectivement, il y a un cinquième frère, Nicolas Constantinovitch. Il était tellement scandaleux que je n’ai pas voulu t’en parler ».
Et de me raconter l’histoire de ce frère aîné de ma grand-mère. C’était un playboy, un coureur, très intelligent, très doué mais instable. Il avait volé sur les icônes de sa mère des gros diamants pour entretenir sa maîtresse américaine, Fanny Lear. Le pot-aux-roses avait été découvert.
Le tsar avait été moins horrifié du vol de son neveu que du fait qu’il avait laissé accuser un valet, lequel avait été envoyé en Sibérie. Cela, le tsar ne le pardonna pas. Il expédia Nicolas à tout jamais en exil, loin de la capitale, très loin, en Ouzbékistan qui, quelques décennies plus tôt, était devenu russe, à Tachkent plus précisément, une minuscule bourgade.map Tashkent_exil_Russia_Scandal_Michael of Greece_Chronicles

Et là, Nicolas avait croupi toute sa vie jusqu’à sa mort pendant la Révolution sans que jamais on lui ait permis de revenir à Saint-Pétersbourg.

Je trouvais le sujet intéressant, je décidais de faire des recherches pour écrire la biographie de cet étrange grand-oncle. Et je découvris une vérité toute autre que la légende. Les diamants avaient effectivement été volés mais Nicolas n’en était pas responsable. Il avait été épinglé comme le coupable par les vrais coupables. Sa maîtresse américaine en était en grande partie responsable mais, surtout, il avait la mauvaise habitude de proclamer des secrets de la famille impériale que celle-ci voulait garder dans l’obscurité à tout prix. Il avait effectivement été envoyé en exil à Tachkent et là il avait continué à mener une vie de bâton de chaise au point qu’il était trigame mais aussi, comme il touchait encore les revenus d’un grand-duc, il avait contribuer au développement de la ville et de la région.

Scandaleux grand duc_Russia_michael of greece

Il avait modernisé l’agriculture, ouvert la ville au commerce et à l’industrie, il avait fait de Tachkent un joyau, et y avait fait venir sa collection de tableaux et de sculptures. Il y avait construit un palais aujourd’hui destiné aux fêtes du chef de l’Etat. Il y était mort en pleine Révolution, honoré par un service solennel fait par les prêtres comme grand-duc de Russie et tout autant honoré par les autorités soviétiques comme victime du tsar.

Exil a Tachkent_Scandal_Duke_Russia_Michael_of_Greece_Chronicles

J’ai écrit sa biographie qui me passionne et bien que j’aie fouillé à fond dans toutes les sources et archives, il reste pas mal de zones d’ombre qui entourent ce mystérieux grand-oncle.


par  Prince Michael of Greece

4 commentaires pour “LE SCANDALEUX GRAND-DUC


  1. Jean Donnelly

    The physical resemblance betweenYour Royal Highness and Grand Duke Nicolas Constantinovich caught my eye immediately. It is striking. And what a fascinating story!


  2. Helen

    The book about our uncle the Granduke Nicholas is brilliant and one instantly wants to go to Tashkent to visit his palace to understand more about his life. Thank you Michel for giving me much pleasure reading this fascinating book.



L'ajout de commentaire n'est plus possible.