• fr
  • en

LES FAUX RESTES DE LOUIS XVI

Un des mystères que j’ai découvert récemment concerne ce que la Révolution faisait de ses guillotinés, tous ces princes et ducs, ces femmes, ces jeunes gens. J’avais cru jusqu’alors qu’on les jetait dans des fosses communes et qu’on revêtait leurs cadavres de chaux pour les rendre irreconnaissables. Il paraît qu’il n’en était pas ainsi, que certains cadavres étaient identifiés afin qu’on les retrouve et recevaient une sépulture non pas vraiment décente mais humaine.

Après la Révolution et l’Empire de Napoléon, évidemment la Restauration chercha à identifier les cadavres les plus illustres. Il paraît que Marie-Antoinette fut très facile à identifier. Par contre, Louis XVI on avait la description de la fosse où il a été jeté et surtout il était le seul à porter des souliers à boucles d’argent. On trouva un cadavre décomposé aux souliers qui portaient encore leurs boucles d’argent. C’était Louis XVI.

La reine et lui furent enterrés en grandes pompes dans la chapelle expiatoire que Louis XVIII avait fait construire sur les lieux mêmes où leurs cadavres avaient été retrouvés. En cette chapelle, de nombreux services, d’innombrables requiem furent chantés pour le repos de l’âme du roi Louis XVI.

Louis-XVI-Sacre-Mickael-of-greece-chronicles

Seulement, voilà, était-ce vraiment Louis XVI ? Et là, il faut aller dans les mémoires passionnantes et fascinantes de Barras. Celui-ci, à la tête du Directoire, avait directement succédé à Robespierre qui, comme chacun sait, avait été guillotiné le 10 Thermidor, le lendemain de sa chute. Barras avait assisté à son enterrement ou ce qui en tint lieu.

Le cadavre décapité du tyran fut jeté dans la même fosse où avait été jeté deux ans auparavant Louis XVI et Robespierre portait des souliers à boucles d’argent. Et comme il fut le dernier cadavre de la Terreur, il était évidemment sur le dessus de la pile de morts. Aussi, lorsqu’on ouvrit la fosse pour retrouver Louis XVI, on tomba tout de suite sur un cadavre aux souliers à boucles d’argent. C’était Louis XVI affirmèrent les représentants du roi Louis XVIII. C’était Robespierre, affirme Barras dans ses mémoires, avec, il faut bien le dire, des arguments très convaincants. On peut donc supposer que le tyran de la France, le plus féroce révolutionnaire, est enterré à la place du roi qu’il avait fait décapiter.


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Tous les champs sont obligatoires.