• fr
  • en

UN PRINCE GREC SE RETROUVE AU MAROC

Mes parents vivaient à Rome où j’étais né en janvier 39. En janvier 40, mon père mourait et ma mère décidait de nous installer en Grèce selon le vœu de son mari qui voulait que je sois élevé à la grecque. Mais de Grèce, on lui répondit que la situation était trop grave pour qu’elle vienne y habiter en ce moment.

En mai 40, c’est-à-dire quatre mois avant l’ultimatum italien à la Grèce, le roi de Grèce Georges II faisait parvenir à ma mère un message. Elle devait quitter au plus vite l’Italie car Mussolini s’apprêtait à attaquer la Grèce. En ce cas-là, nous aurions été considérés sujets ennemis et internés. Ce qui veut aussi dire que surprise de l’ultimatum italien il n’y en eut point puisque la Grèce s’y attendait. Seulement, où aller se demanda ma mère. Au Maroc, bien sûr, ou ailleurs.

IMG_0002 (3)

Au début du XXème siècle, mes grands-parents français, le duc et la duchesse de Guise, jeunes mariés, vivaient avec leurs enfants en bas âge dans une vaste propriété au nord de la France. Ce château du Nouvion était particulièrement lugubre, la région sans beaucoup de ressources et ma grand-mère s’y ennuyait à périr. Aussi, un beau jour, décida-t-elle d’emmener les siens à l’aventure. Elle prit donc son mari plutôt réticent, ses enfants enchantés et ils s’embarquèrent pour Tanger. Là-bas, ils achetèrent des montures et chevauchèrent le long de la côte marocaine vers le sud. À l’époque, les colonisateurs français et espagnols n’étaient pas encore arrivés. Le Maroc appartenait entièrement à son sultan qui donnait des terres aux étrangers venus les cultiver. Ainsi, mes grands-parents reçurent de vastes propriétés qu’ils défrichèrent et exploitèrent.

765

Plus tard, mon grand-père devint le chef de la Maison de France, ma grand-mère eut d’importantes responsabilités politiques mais jamais ils n’abandonnèrent le Maroc où ma grand-mère venait annuellement pour de longs séjours. Cette vaste maison offrait l’asile parfait que nous recherchions. Aussi, nous nous sommes embarqués avec femme de chambre, nounou et malles sur le Rex, le joyau de la marine marchande italienne. Un adolescent de 14-15 ans vit, une nuit de printemps, passer devant la plage où il se promenait l’énorme paquebot brillamment illuminé. Il lut le nom du navire « Rex ». Cet adolescent, c’était Federico Fellini, ainsi qu’il le décrit dans son film autobiographique « Amarcord ». La seule fois où je le rencontrais, je lui racontais que si lui avait vu le Rex passer moi j’étais dessus.

IMG_000989 (2)

Au Maroc, nous débarquâmes à Tanger et, en voiture, nous nous rendîmes dans la petite ville de Larache où nous accueillit ma grand-mère. Nous n’étions pas seuls, ma tante aînée Isabelle avec ses enfants venus de France envahie, mon oncle le comte de Paris avec sa femme et sa nombreuse progéniture de la Belgique elle aussi envahie, et la vaste maison devint rapidement une tour de Babel.

 

 

Photographs by Justin Creedy Smith


par  Prince Michael of Greece

5 commentaires pour “UN PRINCE GREC SE RETROUVE AU MAROC



  1. Tatiana Bakogianni

    Μου αρεσε η ευγένεια και η ηρεμη απόσταση που κρατούσε η Μαρίνα τότε που ολοι είχαν εκπλαγεί με την σχέση σας. Και τώρα μου αρέσει που εκτίθεσθε σε μια εποχή που μόνο για Πρίγκιπες δεν είναι.Επίσης βρίσκω ενδιαφέρων την εποχή που περιγράφετε και κάποιες από τις ιδέες σας.



  2. Antigone Broussali

    Πόσο λίγο ξέρουν οι έλληνες την ιστορία της Βασιλικής Οικογένειας…..
    Χαίρομαι ιδιαίτερα για όλα αυτά που εξιστορείτε και μ αρέσουν ιδιαίτερα οι έρευνές σας σχετικά με τα μέρη που έχουν φαντάσματα
    Οταν ζούσα στη Γαλλία, έχω πάρει όλα τα βιβλία σας

    Αντιγόνη Μπρούσαλη

L'ajout de commentaire n'est plus possible.