VANARASI, LE PALAIS HANTE

Dagmar, la ravissante et brillante fille de nos amis, qui avait séjourné à Varanasi, m’avait parlé de ce palais sur les ghats, considérablement hanté et redouté de tout le voisinage. Et soudain, je me suis rappelé qu’il y a bien des années un Indien à Paris m’en avait parlé en me disant que le plus nuisible des sorciers y avait longtemps séjourné et y avait pratiqué sans retenue les Arts Sombres. J’étais évidemment bien curieux de découvrir ce lieu. Impossible d’y pénétrer, il était hermétiquement clos mais la barque sur laquelle nous voguions s’arrêta longuement devant le palais, d’ailleurs ravissant, d’une architecture romantique et harmonieuse, tout en grès rose.

Ce palais avait appartenu au maharadjah de Varanasi. A la mort de l’un d’entre eux, des querelles de succession avaient éclaté et le palais avait été complètement abandonné. S’y était installé un mage, un sorcier.Le guide m’expliqua que de nombreux liens unissaient Varanasi et le Bengale, et le Bengale est la terre des sorciers et des magiciens.

Je contemplais ce palais si proche et si inaccessible. Il n’y avait pas de fantôme ou il n’y avait pas qu’eux, car les fantômes ne sont jamais négatifs.Or, ce palais suintait la négativité, la cruauté, l’horreur, le danger. Qu’était-ce donc ?

Evidemment, la magie noire. Car le sorcier avait longtemps exercé ses talents diaboliques. Il avait fait fortune en recevant des clients avides de lancer le mauvais sort ou de tuer à distance quelque parent ou autre ennemi. Il avait si bien fait qu’il avait imprégné ces lieux d’énergies ténébreuses. Un beau jour, il avait disparu. Nul ne savait où ni comment, mais la négativité des ténèbres était restée dans les murs roses du ravissant palais jusqu’à nos jours.

On me dit qu’une chaîne d’hôtels a racheté le palais ou l’a loué. Arrivera-t-on à venir à bout des ténèbres qui encombrent les murs du palais ? Cela reste à voir….


par  Prince Michael of Greece