• fr
  • en
Francis Bannerman

LE CHATEAU DE BANNERMAN

 

Il s’appelait Francis Bannerman. Il était venu de son Ecosse natale aux Etats Unis âgé de trois ans et avait vécu à Brooklyn avec sa famille. Il avait fait des affaires. Il s’était spécialisé dans l’achat des surplus de l’armée américaine.

En effet, la guerre de Sécession puis la guerre de Cuba avaient laissé une montagne d’armements devenus inutiles. Bannerman les achetait à un prix plutôt bas au gouvernement et puis les revendait aux pays étrangers qui étaient en guerre.

Parallèlement, il se constitua la plus formidable collection d’armes existantes. Bientôt, ses hangars furent trop petits pour l’immense quantité de matériels qu’il accumulait.

Alors, il trouva sur la rivière Hudson en amont de New York une toute petite île en face de la charmante ville de Beacon.

Il l’acheta et construisit un hangar pour ses armes, mais pas n’importe quel hangar, il lui donna l’apparence extérieure d’un château de son Ecosse natale. Il y ajouta une résidence pour lui et sa famille où il venait passer des vacances.

Bannerman mourut, le château et les hangars furent vidés. Ils tombèrent en ruines. Aujourd’hui il se dresse sur la petite île boisée comme une des plus fantastiques ruines des Etats Unis, romantique, un peu terrifiante et surtout inaccessible.
En effet, la Fondation qui s’en occupe ayant peur que des pierres tombent des murailles et blessent ou tuent des touristes, il est interdit de mettre le pied sur l’île. D’ailleurs, aucun port, aucune île ne se dressent à proximité, aucune barque n’est prête à y emmener le voyageur audacieux. Aussi, les fantômes s’en donnent à cœur joie, n’étant jamais dérangés.

Toute la région raconte des histoires de lumières nocturnes, de bruits, d’apparitions, de silhouettes. Personne, dans les alentours, ne s’y aventure, non seulement à cause des pierres qui peuvent tomber mais à cause des morts qui peuvent se révéler agressifs.

Je rêvais pourtant d’aborder l’île le plus clandestinement possible afin de visiter les ruines. J’ai dû me contenter de les contempler de la rive. Elles étaient encore plus invitantes que jamais. Et je me jurais qu’un jour j’y retournerais.

 


par  Prince Michael of Greece

2 commentaires pour “LE CHATEAU DE BANNERMAN


  1. Kathy Thompson

    Going to visit Bannerman Castle now does not involve moonlight swims or clandestine trespassing. The island is owned by the State of NY, and is under the care of the Bannerman Castle Trust. There are walking tours available, outdoor performances and volunteer opportunities available. The buildings are still ruins, but the gardens are being tended as, hopefully, the money is raised to shore up, and possibly restore the structures. It’s not quite as romantically mysterious, but I’m glad this little piece of history is not being allowed to crumble away! http://www.bannermancastle.org/index.html


  2. Daphne

    Dear Michel,
    What a joy it is to receive your stories of places, people and ghosts, at a time when beautiful, mysterious places are either abandoned or overrun by tourists, people are afraid to be original or ‘different’ in any way and poor ghosts have nowhere to go. Still ‘we beat on, boats against the current, born back ceaselessly into the past’ and what a wealth of wonders there are there.
    Thank you
    D

L'ajout de commentaire n'est plus possible.