• fr
  • en
Beresford-Newyork-famille de grece

NOTRE FANTOME DU BERESFORD

Le Beresford est un des plus magnifiques immeubles de New York sur Central Park West. C’est là où nous nous sommes installés lorsque nous avons débarqué d’Europe. Un grand appartement aux pièces spacieuses, hautes de plafond. Il n’y avait que lumière et vue somptueuse sur le parc.Marina et moi, nos deux filles, nous étions très heureux. Je me rappellerai toujours notre premier réveil à New York, tous les quatre dans notre lit à contempler la ville étalée à nos pieds.

Et, pourtant, ce ne fut pas long à sentir qu’il y avait une présence, particulièrement dans l’office, une présence très forte, très triste. Puis, sans que ma famille ne soit aussi sensible que moi aux fantômes, je découvris que ces dames n’étaient pas gênées mais ennuyées de passer par l’office. Elles ne s’y attardaient jamais.

D’un commun accord, nous avons décidé de déménager. Nous sommes allés dans un nouvel appartement de l’autre côté du parc, Central Park East sur Park Avenue, un triplex des plus sympathiques.

Le premier soir où nous étions dans notre nouvelle demeure tous les quatre à table, voilà que nous avons parlé de notre appartement du Beresford. Marina comme mes filles ont admis qu’elles avaient senti des présences, particulièrement dans l’office, et que cela les avait encouragées à souhaiter déménager.Du coup, je fis mon enquête. Je découvris qu’un précédent propriétaire de notre appartement Beresford s’était en 1930 pendu dans l’office. Cet homme fort riche avait perdu toute sa fortune dans le krach de 1929.

La plupart des somptueux appartements de Central Park West ont d’ailleurs été construits à cette époque et achetés par des gens fortunés dont la plupart ont tout perdu dans le fameux krach. Aussi les fantômes pullulent particulièrement dans l’immeuble, à mon avis le plus hanté de New York, le Dakota, justement situé Central Park West, qui est infiniment recherché par les fortunés pour la beauté de son architecture, la splendeur de ses appartements, et pourtant, rien ne me convaincrait à y vivre.The Dakota-New York-Prince Mickael of greece-



Un commentaire pour “NOTRE FANTOME DU BERESFORD


L'ajout de commentaire n'est plus possible.